Image 6Diplômée de l’Ecole du Louvre et titulaire d’une licence en Histoire de l’Art, Hélène de Saint Lager s’initie très tôt aux métiers d’art en suivant une première initiation à la restauration de tableaux et à la peinture en décor. Plus tard, Hélène se formera encore au modisme, à la sculpture, au moulage puis au travail du métal. Ses diverses formations annonçaient donc l’orientation selon laquelle toutes ses créations ultérieures allaient être réalisées, celle de l’éclectisme, une œuvre qui s’enrichit ou se dépouille mais se veut toujours dynamique dans la recherche de raffinement et d’expression de sa sensibilité.

Encouragée par quelques rencontres fondatrices, elle a progressivement déployé sa créativité, son art et son talent pour exprimer sa sensibilité et le regard personnel qu’elle porte sur la beauté, l’époque et le monde qui l’environne.

Son cheminement s’inscrit à la croisée de plusieurs directions : aller de l’éphémère au durable, exprimer la créativité de l’artiste dans un nombre toujours croissant de disciplines artistiques, rechercher et apprendre à travailler une variété de matières et de matériaux parfois délaissés. Ce cheminement rend Hélène une artiste quelque peu inclassable. Elle crée dans tous les domaines, refusant de se restreindre à un seul et souhaite encore s’initier à d’autres arts.

Comme artiste sculpteur, elle travaille les matériaux les plus divers et surtout elle a créé un concept original de fonte de métal : « l’aluminium aléatoire ». Ce concept, elle le décline en installations, en mobilier, en sculptures et en bijoux. D’emblée, il a rencontré un vif succès. Le talentueux et célèbre architecte décorateur Jacques Garcia ne s’y est pas trompé, il lui a tout de suite commandé des installations en aluminium aléatoire pour en habiller le plafond du salon de son appartement parisien. Depuis, il a préconisé ces installations et les objets d’Hélène à nombre de ses clients. Hélène travaille aussi le bronze et la résine dont elle fait des tables coquillages (Galerie du Passage – Pierre Passebon), voire des bijoux, avec des inclusions et dont les reflets jouent sur la profondeur. Enfin, elle vient de créer une série de sets de table et de plateaux en aluminium aléatoire pour la boutique SIECLE à Paris.

Enfin, Hélène de Saint Lager s’est également intéressée à l’univers du tapis avec une approche originale, le concevant comme un bas-relief jouant avec des épaisseurs différentes et en introduisant des matériaux innovants comme le raphia ou le fil de métal. Dès 2005, elle a exposé ses tapis à la galerie ARTCURIAL. Elle continue à en créer sur-mesure.

——–

Si vous souhaitez vous tenir informé de l’actualité de Hélène de Saint Lager, inscrivez votre adresse email ci-dessous.
Votre adresse email
Vous serez ensuite redirigé vers la page d’accueil du site

Crédit photo portrait : © Eric Sander